Le milliardaire camerounais, Samuel Foyou, va se lancer dans l’industrie cosmétique

Samuel Foyou

Le 25 août 2014, l’industriel camerounais, Samuel Foyou, a déposé auprès d’un notaire de la ville de Douala, les actes de création de First Industry Cosmetics (Fico Industry), une société anonyme dont il préside lui-même le conseil d’administration, et qui a pour objet «la fabrication et la distribution des produits cosmétiques, l’import-export, le négoce et la représentation de marques».
La nouvelle égérie du monde des affaires au Cameroun prépare ainsi son arrivée sur un marché des produits cosmétiques plus que concurrentiel, notamment avec des importations massives de produits en provenance du Nigéria, des Etats-Unis et d’Espagne via la Guinée équatoriale.
Le 10 juillet dernier, c’est une société brassicole (Brasaf) au capital de 100 millions de francs Cfa, que cet industriel camerounais très discret créait, annonçant ainsi de la concurrence pour les Brasseries du Cameroun, Guinness Cameroun et l’Union camerounaise des brasseries (UCB), les trois entreprises qui se partagent jusqu’ici le marché de la bière dans le pays.
Actionnaire majoritaire de la Société camerounaise de fermentation (Fermencam), une distillerie rachetée en 2006 au milliardaire Victor Fotso, Samuel Foyou a récemment annoncé qu’il a sollicité auprès de l’Etat camerounais, une superficie de 2000 hectares pour planter des arbres fruitiers, afin de produire du jus naturel destiné à l’exportation.
Samuel Foyou, qui a fait fortune au travers d’activités commerciales au Congo et en Angola, est aussi propriétaire d’Unalor, une entreprise de production d’allumettes également rachetée au groupe Fotso en 2009, de Plasticam, de Sotrasel (production du sel de cuisine), de la Biscuiterie Samuel Foyou (BSF), et de l’imprimerie Moore Paragon. Cet opérateur économique camerounais, âgé de 56 ans, construit actuellement dans le centre-ville de Douala, le tout premier hôtel 5 étoiles de la chaîne Chrystal palace nouvellement créé par ses soins.

Invest

Leave your comment